marques et annonceurs carnet de lily

Le Carnet de Lily

Contraceptif ou pas

Contraceptif or not contraceptif!

Utiliser un contraceptif dans le mariage, certains le trouvent normal, d’autres le trouvent banal. Pour une dernière catégorie, la démarche n’est absolument pas anodine. D’ailleurs, il existe différentes écoles. La contraception est-elle biblique? Pouvons-nous? Devons-nous? Plusieurs femmes, aujourd’hui, se posent ces questions et nous allons tenter d’y répondre.

 

Une affaire de conviction

 

“Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché” – Romains 14.23

 

Il est difficile de donner une orientation précise concernant la contraception. Mais certains éléments sont évidents. Dieu nous a donné le libre-arbitre et il est de notre responsabilité de prendre des décisions qui respectent notre foi, nos convictions et qui s’alignent parfaitement avec la vision que Dieu a placé en nous. Tout commence avec Dieu, puis vient notre libre-arbitre. Il y a des bébés qui viennent “sous pilule”, implants et même après une ligature des trompes. D’un autre côté, il y a des mamans qui attendent plusieurs années le fruit des entrailles bien que le désirant. La question est de définir quel type de couple vous souhaitez être. Choisissez-vous d’accueillir tous les enfants que le Seigneur souhaite vous donnez? Ou au contraire êtes-vous de ceux qui préfèrent réguler – du mieux que l’on peut ? Toute histoire est différente, soyez à l’aise avec la vôtre.

 

Choisir le bon contraceptif

 

Comme nous l’expliquions précédemment, la contraception implique le couple, pas simplement la femme. Mais comment choisir lorsque l’on est peu informé ?

En matière de contraception, il existe trois familles de contraceptifs. Premièrement, il existe des contraceptifs qui empêchent l’ovulation. D’autre part, nous avons les contraceptifs qui empêchent la fécondation. Enfin, nous avons les contraceptifs qui empêchent la nidation. Si l’on considère que la vie humaine apparaît dès la fécondation, les méthodes contragestives – qui empêchent la nidation de l’embryon – sont des moyens abortifs, par opposition aux moyens contraceptifs – qui empêchent la fécondation. De nombreux moyens dits de contraception conjuguent les deux actions pour une meilleure efficacité.

 

Beaucoup de contraceptifs présents sur le marché sont hormonaux. Cela signifie qu’ils sont composés d’hormones féminines (œstrogène et/ou progestérone) semblables à celles produites par notre corps. Les contraceptifs hormonaux contenant des progestatifs empêchent la muqueuse utérine de se préparer pour accueillir l’embryon (nidation). C’est le cas notamment des contraceptifs d’urgence tels que la pilule du lendemain qui interrompt la nidation si elle a commencé et l’empêche par la suite.

 

Afin de mieux comprendre cet univers, nous avons dressé une liste – non exhaustive – des contraceptifs les plus connus et/ou utilisés. Parmi eux, nous retrouvons :

La pilule – usage quotidien

Petits comprimés parfois colorés, ils se prennent le 1er jour des règles puis un par jour à heure régulière jusqu’à la fin de la plaquette. C’est l’explication la plus simple. Dans la version longue, il y a une période d’arrêt dans la prise des comprimés, etc.

Bien que très répandue chez les jeunes femmes, cette méthode est assez contraignante (heures fixes) et plusieurs femmes vivent mal les changements d’humeurs – n’oubliez ça influe sur les hormones et qui dit hormones dit humeur. C’est le cas de Coralie qui nous raconte son expérience :

Pour y avoir eu recours au début de mon mariage (les 9 premiers mois), je ne suis pas sûre que j’utiliserai à nouveau un contraceptif hormonal. Bien qu’étant efficace, la pilule que j’utilisais avait des effets non-désirés sur la gestion de mes émotions. C’est comme si je recevais les émotions négatives trop fortement et que je ne savais pas comment les exprimer. En plus de cela, j’avais plus de difficulté qu’avant à percevoir les émotions positives. J’ai réalisé cela quand mon mari et moi avons décidé, après maintes discussions, d’arrêter de recourir à un moyen de contraception.

Le patch – usage hebdomadaire

Il s’agit d’un contraceptif en forme de timbre autocollant qui diffuse des hormones œstroprogestatives dans le sang à travers la peau. Comme la pilule, le patch est collé le 1er jour des règles sur n’importe quelle partie du corps (sauf les seins ou une peau irritée) en vérifiant qu’il ne se décolle pas.

L’anneau vaginal – usage mensuel

En plastique souple, il se place dans le vagin où il va diffuser des hormones œstroprogestatives en continu grâce à la chaleur du corps. En cas de gêne, on peut le retirer 3h/jour maximum.

Les injectables – usage variable

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un contraceptif œstroprogestatif ou progestatif administré par injection intramusculaire entre le 1er et le 5ème jour des règles. Selon le produit, les injections ont lieu 8 à 12 semaines après. Elle est efficace mais est très peu proposée en Europe où elle a longtemps été utilisée sans le consentement des femmes.

L’implant contraceptif

Ce petit bâtonnet cylindrique de 4 cm est placé sous la peau au niveau du bras. Il va diffuser de la progestérone de façon continue dans le corps et ainsi mettre l’ovulation en sommeil pendant 3 ans – durée de son efficacité.

Le stérilet

Aussi appelé SIU hormonal, le stérilet est un système intra-utérin en forme de T. Certains dispositifs sont en cuivre tout simple, d’autres, en plus de cela, diffusent de la progestérone dans l’utérus. Ils vont ainsi ralentir la formation de l’endomètre et épaissir la glaire cervicale – pour empêcher le passage des spermatozoïdes et donc la fécondation. Ils créent aussi une fausse irritation qui va empêcher la nidation.

 

La régulation naturelle des naissances

 

… L’idée de donner un médicament à un corps parfaitement sain me dérange. Coralie, 25ans

 

En discutant avec plusieurs d’entre vous, nous avons compris que plusieurs femmes chrétiennes s’opposent à la contraception. Non parce qu’elles sont de celles qui désirent accueillir tous les enfants que le Seigneur souhaiterait leur envoyer mais plutôt parce qu’elles refusent de modifier volontairement un environnement créé à la perfection.

Il existe plusieurs méthodes permettant la contraception naturelle telles que la méthode Ogino-Knaus – vous avez entendu parler du danger du 14e jour non? – la mesure de la température basale du corps, la méthode Billings (étude de la glaire cervicale), le coït interrompu – très frustrant quand même! –  ou l’abstinence (1 Corinthiens 7.5). Chaque femme est unique mais nous avons un chouchou à la rédaction qui vous aidera à vous y retrouver.

Il s’agit de Flo, une application qui regroupe différentes méthodes et vous permet de suivre votre cycle en toute sérénité. Elle est disponible sur IOS ou Android et s’utilise très facilement. Bien entendu, il en existe d’autres avec des noms qui vous feront toujours penser à une bonne copine.

 

Christabel

 

Vous avez une expérience à partager sur le sujet? Retrouvez-nous sur Facebook 

Christabel est en résumé une « #soulfood kinda girl ». Amoureuse de l’amour, elle tombe à moitié amoureuse de tout ce qui sait l’émouvoir; elle hésite souvent entre une belle âme et des mots doux. Souvent passionnée, parfois réfléchie, elle croit fermement qu’avec dix petits doigts et un cerveau, nous pouvons changer le monde. Her motto : Don’t be eye candy, be soul food !

POST A COMMENT

error: Le Contenu est protégé !!